Mesdames, Messieurs,

A travers la question sur le droit de tous parents à accompagner les classes de leurs enfants en sortie scolaire se pose celle de notre conception de la République, dont je rappelle que notre Constitution la caractérise comme « indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

Pour nous, élus socialistes, tout parent doit pouvoir remplir ses fonctions de parent, quelles que soient ses origines, ses croyances, sa tenue ou ses particularismes. Le rôle du parent d’élève est avant tout d’encourager et de soutenir son enfant dans sa scolarité, à travers la préparation de son cartable, la révision de ses leçons, la réalisation de son travail personnel. Mais c’est aussi de participer à la vie de l’école, en emmenant son enfant le matin, en assistant aux réunions organisées dans l’école, aux spectacles des élèves, en participant à la fête de fin d’année, ou en permettant que les sorties scolaires aient bien lieu grâce à un nombre suffisant d’accompagnateurs. Cela compte pour chaque enfant que ses parents aient une place dans l’école. Le port d’un « signe distinctif » religieux, à l’occasion des sorties, par des mamans bénévoles, n’a aucune influence sur la neutralité de l’école, ce d’autant plus qu’au quotidien les parents dans leur diversité cohabitent au sein de l’école sans que cela ne pose le moindre problème.

C’est le même raisonnement qui nous a conduits à voter favorablement au lancement du projet de construction d’une Mosquée à Ivry. Nous avons des réserves, comme beaucoup de nos concitoyens. A propos du dimensionnement de ce projet qui dépasse le besoin local et provoquera une affluence importante. A propos de la volonté du maire de céder le terrain sur lequel se construira ce bâtiment à l’issue de sa réalisation, changeant ainsi le statut du partenariat qui lie par convention la ville à l’association porteuse du projet, renonçant par là-même aux garanties qu’elle contient quant à l’usage et l’évolution des lieux. A propos du calendrier évidemment, accéléré pour permettre cette étape avant la période électorale et prévoyant une première pierre en mars 2020… Nous resterons bien sûr vigilants aux prochaines étapes, notamment à l’insertion du projet dans l’environnement urbain, aux conditions d’une construction par phases, dépendant notamment des fonds restant à trouver, au traitement des espaces publics autour, au repositionnement du terrain d’évolution, aux conditions et au calendrier de la future cession, etc. Mais ce qui compte en premier lieu est que les Ivryens de confession musulmane puissent réaliser ce lieu de culte auxquels ils aspirent depuis si longtemps et exercer leur culte dans des conditions dignes.  Parce que notre République garantit que chacun puisse exercer son culte librement, sans financement public bien sûr et dans le respect de la stricte séparation et neutralité entre la société civile et la sphère religieuse.

Nous vous souhaitons à tous un bel été et de bonnes vacances,

Sandrine Bernard

Catégories : 2019Articles IMV

1 commentaire

Steidel · 13 octobre 2019 à 8 h 11 min

Céder un terrain appartenant à la commune me semble constituer un financement public. Quelle est précisément la formulation de cette « cession » ? Point à analyser sur le plan juridique.

Laisser un commentaire