La situation du commerce à Ivry vous parait-elle satisfaisante ? Nous non. Insuffisance globale de commerces de proximité, absence de diversité, commerçants en difficulté, sans le moindre soutien institutionnel. Problèmes de stationnement, absence d’animations, manque d’attractivité et de dynamisme. En bref, des commerces en difficulté, des commerçants désabusés et des consommateurs insatisfaits. Il n’y a sans doute pas de domaine plus mal géré que celui-ci dans notre commune. Cela explique pourquoi Ivry peine à attirer des activités dans les nombreux bureaux qu’elle construit.

Pourtant, même si elle n’a pas totalement les mains libres, la ville a des leviers pour conduire une politique locale du commerce et d’attractivité de son territoire.

Elle dispose d’outils d’incitation fiscale (par des exonérations même partielles ou temporaires de certaines taxes, possibilité de jouer sur le coefficient de localisation pour abaisser la CFE, la taxe sur les ordures ménagères qu’eux seuls payent à Ivry, ou encore la taxe foncière pour les propriétaires).

Des solutions existent pour faciliter la vie quotidienne des commerçants, dans la gestion des déchets, des livraisons et du stationnement, par la création de lieux mutualisés pour optimiser le stockage des marchandises par exemple, pour organiser des garderies pour les enfants, des moyens partagés de sécurisation de leurs locaux et activités ou encore de groupement d’employeurs pour partager des salariés. Le développement de boutiques à l’essai, de boutiques éphémères ou le partage de locaux entre commerçants est également possible pour s’adapter aux évolutions des consommateurs, avec le déploiement de services commerciaux innovants à destination du public. La ville peut initier, encourager et accompagner ces pratiques. Elle dispose de locaux pour le permettre, par exemple à Jeanne Hachette au centre-ville.

Ivry a adhéré avec l’aide de la chambre de commerce à un fond d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac), subventionnant la modernisation des locaux commerciaux. C’est bien pour améliorer ou préserver l’existant. Mais la ville dispose d’un lever majeur pour développer le commerce à Ivry, celui d’acquérir les locaux, soit au moment des opérations immobilières, soit par un droit de préemption qu’elle peut s’arroger en adoptant un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité.

Ce dispositif imposerait une déclaration préalable avant toute vente d’un fonds artisanal ou commercial ou cession d’un bail et permettrait à la ville de l’acquérir en priorité et de le rétrocéder à un commerçant ou artisan de son choix avec des baux incitatifs. Il permettrait par exemple d’empêcher qu’un bar à chicha s’installe dans les locaux contigus à une école.

Le développement de la ville ne peut se passer plus longtemps de la dynamisation de son commerce et de ses activités. Et les Ivryens non plus.

Toujours à votre écoute,

Bien cordialement,

Sandrine Bernard


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *