Chères Ivryennes, Chers Ivryens,

Cette rentrée introduit la dernière année scolaire pleine de ce mandat débuté en mars 2014. Riche de sa diversité, de son tissu associatif, sportif et culturel, de son histoire et de ses services publics, Ivry est en plein développement et dispose d’atouts, dont chaque Ivryen aspire légitimement à bénéficier.

En 2008, nous étions associés au projet de ville de la majorité municipale, pour toutes les perspectives qu’il offrait. Comme vous le savez, en 2014, nous avons choisi de présenter un autre projet pour cette ville. En apparence peu différent de celui qui était affiché et que nous avions soutenu auparavant. Mais fortement distinct de celui qui était effectivement mis en œuvre. Parce que la réalité est à Ivry très éloignée des annonces. L’ayant appris à l’épreuve de la gestion municipale, il nous était impossible de le taire ou de le cautionner davantage.

C’est donc dans l’opposition que nous œuvrons depuis 4 ans, sans aucun moyen public. Comme convenu, nous nous sommes positionnés comme des sentinelles, attentifs à analyser les actes, identifier les motivations, évaluer les effets des politiques conduites et vous en aviser. Mais également vigilants à être constructifs et à faire des propositions sans nous laisser déconcentrer par le jargon quotidien de la majorité municipale.

Sur tous les sujets, de nombreux efforts sont fournis par la collectivité. Nous votons d’ailleurs une majorité de délibérations. Mais un manque global de coordination et d’action politique concrète, ainsi qu’une certaine forme d’inertie de l’appareil communal, conduisent à une lente dégradation de la qualité de vie des Ivryens. Nos positions, nos actions, nos votes, s’attachent à en démontrer la subtilité. Urbanisme (mécanismes employés pour déplacer à bas prix les occupants en vue d’opérations urbaines, priorité donnée aux gains financiers des promoteurs, manque d’ambition architecturale) ; éducation et services publics (incapacité à s’adapter aux besoins évolutifs des différentes générations, bien qu’Ivry en ait largement les moyens et dispose d’acquis très solides) ; développement durable (expérimentations en matière de déchets qui conduisent à ne rien changer, insuffisance notoire d’espaces verts, erreur commise à propos de la reconstruction du Syctom) ; espaces publics, équipements publics, action sociale…

Jamais aucune évaluation n’est menée, cela permet d’en rester toujours aux objectifs affichés sans tenir compte de l’absence d’impact. L’opacité sur la gestion municipale est totale. Pourtant, avec un budget, considérable, de 150 millions d’euros en fonctionnement (dont 8 consacrés à l’événementiel et à la communication), c’est une exigence d’associer et de rendre compte.

Nous reviendrons chaque mois sur un sujet différent afin de le décrypter et de présenter des alternatives.

Bonne rentrée à tous,

Sandrine Bernard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *