Mesdames, Messieurs,

A la date où nous écrivons s’ouvre l’enquête publique sur le permis de construire et l’autorisation d’exploitation pour 23 ans du projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII.

Le coût global de ce projet, 2 Mds d’€, est considérable ; il représente 3 fois en volume le coût de l’aéroport N-D des Landes. Sous-estimant l’enjeu des pollutions (perturbateurs endocriniens, particules fines, gaz à effet de serre), il présente un risque pour la santé publique et l’environnement.

Incohérent, il ne retient pas, dans ses estimations des quantités de déchets à incinérer, les objectifs de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Par exemple, ce projet prévoit un taux de tri en 2025 de 27% alors que les autorités françaises et européennes visent 55% à cette même date.

Pour justifier ce manque d’ambition, Ivry, comme d’autres, prétexte l’incapacité de la population à se mettre au recyclage. Pourquoi ce qui marche ailleurs serait inaccessible pour nous ? Nous serions mauvais. C’est à  la ville et au territoire de mettre les moyens de faire évoluer la société et de renforcer le tri et la valorisation des déchets. Il en va de leur responsabilité. Pour Ivry :  2 ambassadeurs du tri pour 60 000 habitants et un poste de chargé de mission vacant depuis un an ! Cette inertie est inacceptable. L’avenir de nos enfants et de notre planète ne souffre aucun délai.

L’autorité environnementale elle-même a donné un avis défavorable, déplorant que les solutions de substitution pour réduire l’impact environnemental du projet et les alternatives portées par les associations n’aient pas été étudiées. Nous vous invitons d’ailleurs à consulter les avis des associations C3R et zéro waste France.

Pourquoi le Maire persiste-t-il à le soutenir alors que tous les groupes du conseil sont contres (quand ils ne modifient pas leur vote au gré des pressions reçues) ? L’enjeu de cette nouvelle enquête publique est d’analyser l’impact de cette opération et de recueillir les opinions. Vous pouvez déposer une contribution et participer à la réunion publique du 14 juin au Robespierre. Une nette opposition de la population peut conduire le commissaire enquêteur à suspendre et faire réétudier ce dossier.

Propreté : Nous en profitons pour affirmer que les annonces de regroupement des services, sans habilitations administratives, sont vaines. Réorganiser est utile. Mais en l’espèce, on peut démultiplier à loisirs les procès-verbaux (constats). Tant qu’ils dépendront du Procureur de la République et que les moyens ne seront pas donnés aux services pour verbaliser directement toutes les incivilités et infractions aux différents codes de l’espace public, ils n’auront aucune suite.

Toujours à votre disposition,

Bien à vous,

Sandrine Bernard


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *