Mesdames, Messieurs,

Le 23 mars 2017 a été voté le budget prévisionnel 2017. De 132 millions d’euros en 2014, les dépenses de la commune passent à 142 millions d’euros. Les recettes, quant à elles, sont estimées pour cette année à 157 millions d’euros. La situation financière d’Ivry reste très privilégiée, bien davantage que les villes de même taille. La baisse des dotations est une réalité, mais elle ne constitue pas un manque à gagner pour la collectivité. En rien elle ne peut servir de prétexte aux coupes imposées depuis 3 ans.

Nous avons eu l’occasion de nous exprimer sur les priorités de la majorité municipale.

Malgré la dotation spéciale d’un million d’euro par le Syctom pour soutenir les actions en faveur de la réduction des déchets, rien dans ce budget ne permet d’inscrire la ville dans la transition énergétique. Pas de poubelles de tri des papiers dans les écoles, un démarrage poussif de la collecte sélective des bio-déchets, le soutien du maire d’Ivry au projet de reconstruction du Syctom, présentant des risques de surcapacité de traitement des déchets, démontre à lui seul le peu d’intérêt de la majorité municipale pour la prévention et le recyclage.

Le Maire affiche par ailleurs sa volonté d’une réelle proximité avec les habitants. En multipliant les cocktails, inaugurations et stand up dans les quartiers, les réunions tout le temps, partout, sur tout et donc sur rien ? Mais de réponse aux courriers et mails des Ivryens, jamais. Cela ne coute rien et n’est la faute de personne, pourtant les sollicitations restent lettre morte… Plus de 8 millions d’€ sont consacrés à la communication.

Surtout, ce budget de mi-mandat devrait être celui de la préparation de l’avenir et notamment de l’anticipation des besoins liés au développement de la ville. Près de 10 milles habitants supplémentaires sont attendus d’ici 10 ans, alors que les équipements sportifs et culturels saturent ; les places d’accueil de la petite enfance sont insuffisantes. La fermeture d’un nouveau foyer de personnes âgées nous est annoncée, alors que le vieillissement de la population est un enjeu de société, ainsi que la rumeur de fermeture de la crèche familiale. Quoi d’autre encore ?

Quant à l’étude des subventions, elle a laissé apparaitre un manque de transparence et quelques insuffisances majeures, notamment dans le domaine éducatif et le handicap.

Surtout, comment accepter qu’une ville moderne puisse investir 46 millions d’euros sans y associer d’aucune manière ni son personnel ni ses concitoyens. Ce ne sont ni les moyens ni les outils de concertation qui manquent à Ivry, simplement la volonté politique.

Bien sincèrement,

Sandrine Bernard, Thérèse Pourriot, Sigrid Baillon, Alexandre Vallat-Siriyotha


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *