L’usine d’Ivry sera obsolète en 2023, sa reconstruction est en débat depuis plus de 10 ans. Un premier projet prévoyant une chaine de TMB-méthanisation avait fait l’objet d’un rejet du conseil en janvier 2014. Un 2nd projet est en cours de validation, après une nouvelle phase de consultation expresse. Ce projet coûtera près de 2 milliards d’€.

Le groupe socialiste a choisi de voter le vœu proposant le rejet de ce projet. En effet, malgré les évolutions proposées, il reste construit sur la base d’une estimation de quantité de déchets, ne prenant pas en compte les objectifs de la Loi de Transition énergétique adoptée en 2015. Des études très sérieuses montrent qu’une application, même prudente, de ses prescriptions en matière de tri, permettrait de réduire davantage, voire de supprimer, le recours à l’incinération. Le montant est trop élevé, de notre point de vue, pour prendre le risque de construire un « four » neuf mais inutile. On ne peut dépenser une telle somme sur le postulat que cette Loi ne serait pas applicable. Soyons ambitieux pour l’avenir de la planète et de nos enfants et relevons les manches !

Nous voulons à la mise en place rapide d’une collecte séparée des biodéchets pour réduire la quantité de déchets résiduels contenus dans nos poubelles. Et une action volontariste pour améliorer la performance de tri des usagers, avec des moyens humains d’accompagnement. La concertation publique a prouvé la bonne volonté de la population ivryenne, prête à accueillir ce site de nouveau, mais son exigence à n’accepter qu’un équipement au dimensionnement adapté qui pourrait privilégier des technologies innovantes pour le recyclage, le réemploi et la réutilisation.

Attribution des logements sociaux.

Deux avancées précises sont indispensables pour améliorer l’équité, réduire les délais et rassurer nos concitoyens : l’adoption de critères vérifiables et évaluables et la mise en place d’une commission pluraliste pour la sélection des candidatures transmises à l’ensemble des bailleurs sociaux. La majorité municipale a lancé un chantier pour la détermination de critères et de points, pour un système de cotation, permettant de départager les demandeurs de logement. Nous refusons de donner un blanc-seing. En l’état, les propositions faites ne permettent pas de considérer que la situation des Ivryens peut en être améliorée, que les délais déraisonnables d’attente seront réduits et il nous manque toujours, pour la transparence la commission d’attribution pluraliste. Saluons cependant ce 1e pas, nous ayant associés, avec des associations locales et des demandeurs.

Sandrine Bernard, Thérèse Pourriot, Sigrid Baillon et Alexandre Vallat Siriyotha


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *