4 quartiers dits « prioritaires » ont été identifiés à Ivry : Ivry Port, Monmousseau, PMC et Gagarine. L’enjeu d’un quartier prioritaire est de construire un plan d’action permettant de mobiliser les moyens et les acteurs institutionnels, économiques et sociaux afin de réduire les inégalités et de résorber les difficultés qu’ils connaissent.

Pour associer les habitants au processus de transformation de leur quartier, la Loi a prévu l’instauration de conseils citoyens dans chacun d’entre eux. A Ivry, sous prétexte que les pratiques démocratiques sont « exemplaires » (sic…), la majorité municipale a décidé de ne faire qu’un seul conseil citoyen, commun aux 4 quartiers prioritaires et a lancé un appel à candidatures sans publicité ni débat. Nous avons déposé un vœu au conseil de 22 septembre, afin d’obtenir la garantie que les fonds alloués à la co-construction et à l’implication citoyenne (plus de 200.000 €) soient réellement destinés à la mise en œuvre de conseils citoyens dans chaque quartier prioritaire, neutres, pluralistes et indépendants. Ce vœu a été rejeté.

Peut-on se satisfaire du niveau d’implication des populations les plus fragilisées et se permettre de se passer pour l’améliorer  d’un outil participatif en proximité du lieu de vie et donc des préoccupations des habitants! Seul recours, le Préfet qui doit donner son accord et pour l’instant le refuse.

Le perpétuel « Hold-Up » municipal !

Chaque année lors de la préparation du budget de notre ville, la majorité municipale dirigé par le Parti Communiste nous vend son augmentation dite « raisonnable, modérée, voir obligée » car contrainte par l’Etat, ce monstre sans nom qui laisse toujours sans réponse une question : qu’a fait cette majorité municipale depuis des décennies afin de stabiliser, voir diminuer le montant des impôts locaux (taxe d’habitation, taxe foncière, stationnement, etc…).

Sans aucune démagogie la réponse est dans le montant des augmentations que vous subissez continuellement…

Soutien aux migrants

Nous avons apporté notre soutien à la démarche d’accueil des migrants, portée par l’Etat et la Maire de Paris et à notre maire pour avoir accepté leur proposition. Nous tenons à manifester notre solidarité à ces réfugiés qui ont accompli au péril de leur vie un voyage pour leur survie. On peut toutefois regretter que Philippe Bouyssou ait pris cette décision sans aucune concertation préalable, ni avec les élus, ni avec la population ; il lui appartient de rassurer la population déjà très marquée par l’expérience du campement Truillot. En tout point, ce projet qui se veut exemplaire, financé et encadré, doit permettre aux Ivryens de manifester leur humanité sans risque de retomber dans les mêmes travers.

Sandrine Bernard, Thérèse Pourriot, Sigrid Baillon et Alexandre Vallat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *